dissabte, 6 de novembre de 2010

Charles Baudelaire, El rellotge (1875)


Horloge! dieu sinistre, effrayant, impassible,
Dont le doigt nous menace et nous dit: "Souviens-toi!"
Les vibrantes Douleurs dans ton coeur plein d'effroi
Se planteront bientôt comme dans une cible;

Le Plaisir vaporeux fuira vers l'horizon
Ainsi qu'une sylphide au fond de la coulisse;
Chaque instant te dévore un morceau du délice
A chaque homme accordé pour toute sa saison.

Trois mille six cents fois par heure, la Seconde
Chuchote: Souviens-toi! - Rapide, avec sa voix
D'insecte, Maintenant dit: Je suis Autrefois,
Et j'ai pompé ta vie avec ma trompe immonde!

Remember! Souviens-toi! prodigue! Esto memor!
(Mon gosier de métal parle toutes les langues.)
Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues
Qu'il ne faut pas lâcher sans en extraire l'or!

Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup! c'est la loi.
Le jour décroît; la nuit augmente; souviens-toi!
Le gouffre a toujours soif; la clepsydre se vide.

Tantôt sonnera l'heure où le divin Hasard,
Où l'auguste Vertu, ton épouse encor vierge,
Où le Repentir même (oh! la dernière auberge!),
Où tout te dira Meurs, vieux lâche! il est trop tard!"
Cert, és un poema anguniós. Baudelaire hi fa una reflexió dura, terrorífica sobre l’inexorable pas del temps. (Aplica el vell error d'assimilar Cronos-Temps, però tampoc no hi fa res.) No proclama directament 'carpe diem' però ho dóna entenent a partir d'un subjacent 'fugit irreparabile tempus': le Plaisir vapoureux fuira vers l'horizon. Els tòpics s'interrelacionen i s'alimenten mútuament, de vegades contra natura: qui hauria posat mai junts, igual que tres Parques, Hasard-Vertu-Repentir?



3 comentaris:

ANTONIO MARTÍN ORTIZ. ha dit...

Amic Ramon,

Nosaltres ho sabem, però és convenient que ho sàpiga tothom: els clàssics estan sempre presents, malgrat que actualment els estudis clàssics en el nostre país no estiguin massa recolzats per les Institucions. Ho veiem en aquest poema de Baudelaire que sens dubte fa referència a Horaci (Carpe diem) i Virgili (Geòrgiques, Fugit irreparabile tempus). Crec que tu i jo estem en la mateixa ona.

És per a mi tot un plaer tenir l’oportunitat d’enviar-te una cordial salutació.

Antonio

Ramon Torné Teixidó ha dit...

Moltes gràcies per les teves observacions. Sí, els clàssics continuen presents, amb recolzament o no, però hi són. Això no ho pot negar ningú. Ja seguim en contacte!

jcatalà ha dit...

La clepsydre se vide...una imatge del temps que un altre clàssic com Brassens ha sabut trasmudar feliçment.

Je sais par cœur toutes tes grâces
Et pour me les faire oublier
Il faudra que Saturne en fasse
Des tours d'horloge, de sablier


Cordialment