dilluns, 16 de març de 2020

Camus, La peste / Pestilentia


La bêtise insiste toujours, on s’en apercevrait si l’on ne pensait pas toujours à soi. Nos concitoyens à cet égard étaient comme tout le monde, ils pensaient à eux-mêmes, autrement dit ils étaient humanistes: ils ne croyaient pas aux fléaux. Le fléau n’est pas à la mesure de l’homme, on se dit donc que le fléau est irréel, c’est un mauvais rêve qui va passer. Mais il ne passe pas toujours et, de mauvais rêve en mauvais rêve, ce sont les hommes qui passent, et les humanistes, en premier lieu, parce qu’ils n’ont pas pris leurs précautions. Nos concitoyens n’étaient pas plus coupables que d’autres, ils oubliaient d’être modestes, voilà tout, et ils pensaient que tout était encore possible pour eux, ce qui supposait que les fléaux étaient impossibles. Ils continuaient de faire des affaires, ils préparaient des voyages et ils avaient des opinions. Comment auraient-ils pensé à la peste qui supprime l’avenir, les déplacements et les discussions? Ils se croyaient libres et personne ne sera jamais libre tant qu’il y aura des fléaux.  (A. Camus, La peste)

Stultitia perpetuo tenaciter adhaeret, quod quidem animadvertissemus si homo in se perpetuo non cogitaverit. Quod ad rem attinet, municipes nostri eodem modo ac omnes gentes mentem in se tenebant, videlicet humanistae erant, nam non esse flagella credebant. Flagellum non est secundum hominis mensuram, hinc flagellum non verum esse dicunt, etiam sicut nequam somnium praeteriturum. At id non semper praeteriit ac, de nequam somno in nequam somnum sunt homines qui praetereunt –et humanistae in primis quia cautionem non habuere. Municipes nostri non magis noxii erant quam ceteri, nam obliviscebantur verecundiam –ne quid plus– et omnia sibi licere putabant, qua fiducia eis videbantur flagella non fieri posse. Negotia eorum prorsus agebant, itinera paranda adhibebant et diverse opinabantur. Quomodo secum de pestilentia excogitavissent, quae res futuras attollit necnon itinera et disputationes? Credebant se liberos homines esse et nemo nunquam liber erit dum flagitia supererunt. (A. Camus, Pestilentia)

Cap comentari: